Communiqué SPP (congrès des psychanalystes de langue française)

Psychanalyse Forums Forum sur la Psychanalyse Communiqué SPP (congrès des psychanalystes de langue française)

Ce sujet a 5 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Roussel-Graignic, il y a 5 ans et 7 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #387

    Roussel-Graignic
    Participant

    73ème Congrès des Psychanalystes de Langue Française (CPLF)

    PARIS – Maison de la Mutualité du 9 au 12 mai 2013

    Organisé par la Société Psychanalytique de Paris et l’Association Psychanalytique de France
    avec le concours des Sociétés composantes du CPLF

    LE PATERNEL
    .Christian DELOURMEL (SPP)
    De la fonction du père au principe paternel
    Discutant : Bernard de La Gorce (APF, Lyon)
    Relanceurs : André Beetschen (APF, Lyon) et René Roussillon (SPP, Lyon)

    François VILLA (APF)
    Le père : un héritage archaïque ?
    Discutant : Gilbert Diatkine (SPP, Paris)
    Relanceurs : Denis Hirsch (SBP, Bruxelles) et Jean-Claude Stoloff (SPRF, Paris)
    TABLES RONDES
    Surmoi et meurtre du père
    Martin Gauthier (SPM, Montréal), Jean-Louis Baldacci (SPP, Paris), Laurence Kahn (APF, Paris)
    Forclusion et tiercéité
    Claude Barazer (APF, Paris), Bernard Penot (SPP, Paris), Rosine Perelberg (BPS, Londres)
    Du père de la horde au principe paternel
    Nicolas de Coulon (SPPsa Lausanne), Viviane Chetrit-Vatine (SPI, Jérusalem),
    Christian Gérard (SPP, Paris) et Josef Ludin (APF, Zurich)
    Le père dans la culture
    Julia Kristeva (SPP, Paris) avec nos invités Fethi Benslama et Michel Tort
    « Trilogie… »
    Marie-France Dispaux (SBP, Bruxelles), Bernard Brusset (SPP, Paris),
    Jorge Canestri (AIPsi, Rome) et Catherine Chabert (APF, Paris)

    Le CPLF est destiné aux membres de la SPP et de l’API, ainsi qu’à tous les analystes en formation inscrits à un des instituts d’une société de l’API. Il est également accessible, sous condition d’un parrainage par un membre de l’API, aux étudiants en psychologie ou sciences humaines de 2ème cycle, aux professionnels souhaitant y participer en tant qu’auditeur ou travaillant en institution, avec possibilité de prise en charge de leurs frais d’inscription par la Formation permanente. Les demandes de parrainage exceptionnel doivent être adressées aux Secrétaires Scientifiques qui les examineront.

    Renseignements et bulletin d’inscription :
    Pour télécharger le bulletin d’inscription, cliquez ici
    Pour télécharger le programme scientifique, cliquez ici

    Congrès des Psychanalystes de Langue Française – 187 rue Saint-Jacques 75005 PARIS
    ( 01 43 29 66 70 – du lundi au jeudi de 9 h 30 à 13 h 00 – E-mail : congres@spp.asso.frhttp://www.spp.asso.fr

  • #2867

    manigairie
    Participant

    la psychanalyse n’aurait pas dû laisser l’Etat mettre son nez dans ses affaires en y imposant l’acquisition d’un diplôme: Maintenant il y’a au sein même de l’évolution analytique un clivage qui est la propriété d’un roi complètement extérieur à elle. La psychanalyse s’est-elle rendu compte qu’elle avait été incluse d’office dans une partie d’échec?? On ne dirait pas vu les pièces qu’elle a perdu! À elle d’en créer une autre en parallèle avec le même « adversaire » … et se consacrer à cette nouvelle partie pour lui faire comprendre que c’est déplorable et pour les psychanalystes, et pour les patients!

  • #2868

    zabulon
    Participant

    Vous avez bien raison ! Maintenant je ne suis plus inquiet car l’État ne peut rien contre l’inconscient. En revanche la loi votée reconnait le besoin paramédical d’entretiens avec un psychothérapeute, puis de rationaliser la profession et de permettre le remboursement d’actes paramédicaux ordonnés par un médecin. Ce qui est un progrès social incontestable. En revanche les 2000 Psychanalystes peuvent s’il le souhaitent continuer à se maintenir hors de ce cadre prévu pour 40 000 Psychothérapeute comme ils le faisaient auparavant. De fait ces farouches indépendants n’ont presque rien changé à leurs statuts.

  • #2870

    manigairie
    Participant

    Tenez zabulon, à ce sujet:

    L’inconscient se nourrit-il de tout? Ou ne s’alimente-t-il que de choses qui lui sont spécifiques? Je pose la question car « l’État ne peut rien contre l’inconscient » m’a fait dériver sur l’hypothèse d’un bémol à cette affirmation. L’Etat ne peut peut-être rien contre, mais il peut peut-être quelque chose, « pour », dans le sens de l’engraisser, non?

  • #2871

    zabulon
    Participant

    La mémoire contient toute votre expérience personnelle soigneusement triée par ordre d’utilité. Est appelé « inconscient » une sous-partie de cette mémoire consacrée aux souvenirs dont l’évocation pourrait être dangereuse pour le « Moi » qui les y a soigneusement refoulé. L’inconscient, c’est un peu les oubliettes du vaste palais de la mémoire où ne subsiste que l’oubli de ce qui y a été oublié.

    « L’État » est une représentation collective, communautaire et territoriale d’un groupe d’êtres individuels se reconnaissant un destin commun, ce pourquoi il conviendrait de parler « d’inconscient collectif », exclusivement. Cependant, tel n’est pas le but de la psychanalyse mais de la sociologie.

    Il peut être de l’intérêt de l’État de reconnaître et d’encadrer par des lois les besoins de santé et d’équilibre psychologique et individuels de ses administrés, par exemple en votant une loi sur les psychothérapeutes. Ce qui reste discutable et modifiable au gré des fluctuations de l’opinion publique et des majorités qui s’en dégagent.

    Engraisser ? oui ! Croître et multiplier ou encore profiter, c’est bien!!! Vous avez quelque chose contre ?

  • #2872

    manigairie
    Participant

    hey!! your « tall king » to me ???

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.